Marie Hélène Foubet, c’est avant tout « l’être humain » qui est au cœur de ses projets.

Marie Hélène Foubet, directrice générale de SIA HABITA, un des principaux opérateurs privés du logement social dans les Hauts-de-France, est intervenue dans la conférence “territoires et transition socio-économique », mardi après midi au World Forum. Cette directrice passionnée par son métier explique ses plans d’actions pour lutter contre la fracture sociale, mais aussi pour loger et accompagner les publics fragiles.

Quelles sont vos actions face aux nouveaux enjeux socio-économiques et environnementaux ?

 

Tout d’abord, réaliser des logements sociaux ne consiste pas à la simple construction de bâtiments. En effet, notre conception de l’habitat a pour objectif de favoriser le lien social. Ainsi, nous entreprenons beaucoup d’actions dans différents domaines. Comme la réhabilitation thermique des logements, qui est plus écologique et permet de diminuer jusqu’à plus de 60 % les factures de gaz et d’électricité.

 

Nous entreprenons également des actions d’accompagnement individuelles et collectives dans certains quartiers. Ainsi, nous formons les gens au tri sélectif et l’économie d’énergie, pour les sensibiliser sur les grands enjeux environnementaux.

De plus, ce type d’actions n’est pas de courte durée, le temps de la réhabilitation ; mais fonctionne sur le long terme.

Notre but est d’expliquer, d’informer tout le monde en organisant par exemple des activités avec les enfants et les parents. Nous participons à beaucoup d’actions pédagogiques dans les écoles et lycées, car c’est dès le plus jeune âge qu’il faut les éduquer sur les différents enjeux environnementaux auquel nous faisons face. Nous recrutons également beaucoup de stagiaires ambitieux, qui sont capables de s’adapter et qui n’ont pas peur de s’engager.

 

Parlez-nous un peu de votre nouveau projet « Act habitant au cœur de tout » ?

 

Comme je l’ai déjà dit l’ambition de SIA HABITAT, n’est pas que de construire des logements et va au delà. C’est pourquoi, ce projet met l’habitant au centre de tout, qu’il soit locataire, client, voisin... Ici, nous accompagnons ces habitants et transformons leur cadre de vie afin de favoriser le mieux vivre ensemble, améliorer la qualité de vie, faciliter la cohésion sociale et  revaloriser les quartiers.

 

Face à des contextes économiques parfois difficiles, pouvez vous citer des exemples d’innovation que vous avez su développer au niveau du social ?

 

J’ai créé par exemple la Foubet’mobile, un camping-car itinérant aménagé avec deux bureaux. Il se déplace actuellement dans 37 communes pour aller au plus proche des personnes âgées ou handicapées du bassin minier. De plus, le chauffeur étant technicien, il profite de ses déplacements pour contrôler les logements. Ce qui permet  un gain de productivité important. Pour l’instant un seul camping sillonne les routes, mais un deuxième ne serait attendre.

 

À Roubaix, un projet d’innovation intergénérationnel a vu le jour il y a presque 1 an. Nous avons ouvert un site où des étudiants bénéficieront d’une baisse de loyer si ils consacrent du temps aux personnes âgées.

 

Pour finir, qu’est ce qui vous passionne dans ce métier ?

 

« L’être humain ! ». C’est mon fil conducteur depuis 40ans, c’est ce qui me donne envie de me lever et d’aller travailler. Je crois énormément au contact humain, c’est la base de tout. Face à des contextes économiques parfois difficile, il est nécessaire de favoriser le mieux vivre ensemble en améliorant la qualité de vie et  revaloriser les quartiers.

Delphine HENNEGUELLE