« Il y a des gens qui osent, et c’est fantastique »

Le World Forum a bien évolué depuis sa création. Une fois de plus, cette 15ème édition a redonné l’espoir et l’envie aux participants de faire encore mieux que les années passées.

211201 TropheesC’est une nouvelle fois sous le signe de l’humour que l’animateur Jean-Michel Lobry a choisi de clore ce World Forum for a Responsible Economy. En présence de Kathie Werquin-Wattebled, Frédéric Motte, Amélie Debrabandere et de Thierry Dujardin, les 16 lauréats du prix de l’économie responsable sont venus présenter par groupe de quatre leur entreprise. Des entreprises diverses avec des idées originales pour réinventer l’entreprise de demain.

Le world forum, vers une évolution du débat

S’il y a quelques années, les débat étaient tous tournés sur la question de la RSE, il a évolué et il semble qu’aujourd’hui il se tourne davantage vers de nouvelles thématiques : la mesure de la performance durable et la coopération. En quelques années nous sommes passé du « est-ce utile ? » à « comment faire mieux ? » Effectivement, si la RSE était auparavant perçue comme une contrainte, elle représente désormais « une opportunité de marché et de collaboration », souligne Thierry Dujardin. Il insiste également sur l’importance de s’appuyer sur des outils de mesures, pour que les entreprises puissent savoir concrètement où elles en sont et sur quels éléments elles peuvent agir. Antoine Frérot appuie sur le fait que l’entreprise est source de solutions, et doit agir sans oublier aucune de ses parties prenantes. Il rappelle que lors de la COP26, certaines d’entre elles ont même décidé d’aller au-delà des objectifs fixés.

Xavier Bertrand semble être en adéquation avec cette idée, et l’exprime cette fois en capsule vidéo au cours de cette cérémonie de clôture. Pour lui, il faut accélérer la mise en œuvre de rev3, il faut aller plus vite, plus loin, car le temps presse, tous les acteurs doivent se mobiliser et coopérer, il faut « mettre du rev3 dans toutes les politiques de la région ». Et naturellement, le World Forum for a Responsible Economy se doit d’être le diffuseur d’expériences, de bonnes pratiques. Tous s’accordent à dire qu’il ne nous sera pas possible d’y arriver sans mesure d’impact, coopération des leaders de chaque entreprise qui doivent s’engager pour une économie plus durable, ou sans méthode pour développer celle-ci. C’est ainsi que méthode, mesure, et coopération doivent impérativement devenir moteur de changement. Pierre Giorgini se dit quant à lui pour « l’optimisme méthodique » et emmène avec lui dans son projet scientifique Ecopost les étudiants de l’Université Catholique de Lille. Un projet sous le signe de la coopération donc, puisqu’il se sert aussi d’évènements comme le salon du livre pour faire la passerelle entre les personnes intéressées.

Des entreprises innovantes pour le monde de demain

 À tour de rôle, startups et entreprises traditionnelles, voire centenaire dans le cas de Blancheporte, ont eu l’occasion d’apporter les preuves d’une économie responsable. Les lauréats, aussi différents soient-ils, ont tous apporté des idées plus innovantes les unes que les autres, mêlant objectif zéro déchet, investissement social, utilisation de produits locaux et économie circulaire. Certains d’entre eux arrivent avec leurs preuves en chair et en os : du compost pour les alchimistes, des sacs pour Saint-Lazare, du pain pour fournil bio, et même un vélo électrique pour Tripbike. Amélie Debrabandere est séduite par ces différentes réalisations, et se réjouit à la perspective de pouvoir collaborer avec certains de ces entreprises à l’avenir, notamment avec les alchimistes, entreprises de collecte et de transformation des déchets en compost. Quant à Kokpit, c’est le public qu’il a touché avec son idée de couche lavable… et louable ! Thierry Dujardin, lui aussi emballé par tous ces beaux projets, déclare : « notre région a des talents, qu’est-ce qu’on en a de la chance ! »

Et le grand gagnant du trophée de l'économie responsable est…

Blancheporte ! Représenté par Franck Durier, ayant repris l’entreprise en 2016, celui-ci explique avoir entrepris une transformation vers un mode de production plus responsable. La preuve en est, il se concentre sur une opération d’upcyling. Effectivement, chez Blancheporte, les invendus ont une seconde vie : ils sont transformés à Roubaix en une nouvelle collection qui sera ensuite vendue sur le site internet de la marque. L’entreprise installeé à Roubaix en est déjà à sa troisième opération de transformation, et essaye de cette manière de trouver des modèles responsables et une économie viable pour tous. Amélie Debrabandere, très attachée à l’écologie et ayant déjà fait un partenariat avec l’entreprise dans le passé, se dit prête à recommencer sans hésiter. Le partenariat avait à ce moment-là eu pour objectif de faire intervenir la designeuse auprès des habitants du quartier dans lequel Blancheporte était implantée. Cette victoire semble ainsi se placer sous la perspective de nouveaux projets.

Le mot de la fin

Thierry Dujardin et Jean-Pierre Letartre se rejoignent alors sur le plateau pour clore la cérémonie. Thierry Dujardin se réjouit de voir que même les sociétés les plus anciennes relèvent le challenge en intégrant une dimension RSE. Le directeur de Réseau Alliance a quant à lui commencé par remercier tous les participant au World Forum for a Responsible Economy, sans qui l’organisation d’un tel évènement n’aurait pas été possible. Il poursuit en disant que le World Forum a su s’adapter à son évolution, et devenir un espace de nouvelles idées et de recherche d’action concrète. Il est heureux que le débat sur la question climatique soit désormais clos, pour ouvrir de nouveaux débats. Jean-Pierre Letartre exprime aussi son désir de voir naître au sein du World Forum « un amplificateur de débat »

Une fois de plus, le World Forum s’est révélé être une véritable source d’espoir et de solutions pour l’avenir. Comme nous l’ont montré nos lauréats, il existe bien des manières d’agir. Innover, changer sa façon de faire seront les conditions d’une économie plus durable. Le forum aura encore une fois incité les entreprises qui ne l’avaient pas encore fait à sauter le pas, et encouragé les autres à aller encore plus loin !

Mathilde JAULIN