32C - Être heureux au travail : L'objectif futur des entreprises

Qui n'a jamais rêvé de travailler sur un bureau aussi bien que celui de son patron, d'avoir la possibilité de boucler les dossiers chez soi sans contrainte, ou encore d'être au sein d'une cohésion d'équipe facilitées par les nouvelles technologies ? Ce schéma n'est pas futuriste !
Les entreprises au cœur du changement
Les entreprises se doivent de changer leur façon de fonctionner pour un futur plus serein au travail. C’est la conclusion prise par différentes enseignes telles que Cygni ou Vivat. Trois notions clés sont à retenir : confiance, flexibilité et collaboration. On ne parle plus de hiérarchie et de cadre de travail. Les employés suivent un but commun permettant à chacun d’avancer à leur rythme : ils veulent faire un brainstorming ? Assister à des conférences sur le sujet ? Très bien, allons-y !
Des espaces adaptables pour de meilleures conditions de travail
Les espaces de travail eux-aussi,s’adaptent : NextDoor apporte ses services pour aménager les locaux des entreprises afin d’améliorer le cadre de travail des employés. Surtout implantée en Île de France et à Lyon, cette entreprise favorise le co-working,le partage des savoirs et des espaces et n’oublie pas l’importance des espaces verts. 30% moins chère que les entreprises d’aménagement traditionnels, elle s’implante au cœur de cette révolution.
Le label « Great Place to Work » félicite les initiatives des entreprises
« Great Place to Work » est un label accordé aux entreprises pionnières sur le travail flexible et à l’écoute. Parmi elles, Cisco. Cette entreprise d’ingénierie présentée par Max Tremp se plie en quatre pour ses employés. La technologie se met au service du travail sans rendre esclaves ses utilisateurs. Pas question de travailler le week-end ni de recevoir des emails du bureau pendant ses congés ! D’ailleurs, le bureau a lui aussi muté avec « my virtual desk » : l’entreprise met la collaboration au cœur des relations entre collègues. Grâce à cela, déménager à l’autre bout du monde n’est pas forcément une raison de démissionner, on peut travailler via des plateformes de conversation instantanée de haute qualité.
Finalement, d’après Jon Persson (le cofondateur de Cygni) le futur du travail est donc « d’utiliser les nouvelles technologies pour faire confiance aux employés et leurs qualités de dirigeant. » Mais il faut savoir que « les choses ont déjà changé ».
Fiona Couly