Rendre l’eau potable grâce aux rayons du soleil

solvattenL’entreprise suédoise Solvatten commercialise une solution pour les pays en développement où l’accès à l’eau potable et à l’énergie est peu fiable.

 

 

Aujourd’hui dans le monde, une personne sur huit vit sans accès à une eau saine. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 1,9 milliard de personnes sont contraintes d’utiliser une eau non-traitée ou qui contient des traces fécales. Résultat : des maux de tête, des maux de ventre, le typhus, le choléra.
Pour purifier l’eau, il existe des méthodes artisanales. La première, c’est simplement de la faire bouillir. Mais bien souvent, cela veut dire acheter du bois ou du charbon pour faire du feu : une activité qui prend du temps, coûte de l’argent et est surtout dangereuse pour la santé. Toujours selon l’OMS, 2,7 milliards de personnes (38% de la population mondiale !) utilisent du bois et du charbon ; 4 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à la pollution causée par la cuisson au feu. Sans parler des brûlures, ni du fait que cette pratique contribue fortement à la déforestation. L’autre solution c’est, encore plus simplement, de mettre l’eau au soleil. Les rayons UV détruisent la formation de liens ADN dans les microorganismes, ce qui les empêche de se reproduire et les rend inoffensifs. Là, le problème tient plus aux contenants utilisés, qui résistent souvent mal à la chaleur et aux UV, et qui peuvent même dégager des produits chimiques et potentiellement toxiques dans l’eau.

 

 

Sa fondatrice croit "fermement en la capacité de ces personnes à s’en sortir par elles-mêmes à condition que, d’une part, nous rendions la solution financièrement accessible, et que, d’autre part, les bénéficiaires paient pour son acquisition, ainsi Solvatten sera justement valorisé, et on en prendra soin"

 

Une valise à eau potable

C’est pour répondre à tout ce faisceau de problèmes que la chercheuse Suédoise Petra Wadström a eu l’idée de Solvatten il y a maintenant vingt ans. Après dix ans de R&D, elle commence à commercialiser sa solution en 2006. Le concept est simple : une sorte de valisette noire avec deux contenants de cinq litres chacun, équipés de microfiltres. Il suffit de placer la valisette au soleil (le système fonctionne s’il y a quelques nuages, pas s’il fait vraiment gris ou s’il pleut) pendant deux à six heures pour obtenir une eau chaude (jusqu’à 75°C) et surtout potable. Un voyant prévient que l’eau est prête à être utilisée, et les matériaux sont conçus pour résister aux UV sur la durée. Aujourd’hui, Solvatten équipe aujourd’hui 240 000 personnes dans une vingtaine de pays, avec des projets d’envergure au Népal et au Kenya. Sa fondatrice croit “fermement en la capacité de ces personnes à s’en sortir par elles-mêmes à condition que, d’une part, nous rendions la solution financièrement accessible, et que, d’autre part, les bénéficiaires paient pour son acquisition, ainsi Solvatten sera justement valorisé, et on en prendra soin”, rapporte ConsoGlobe. Les valises sont donc vendues au prix de 88€, pour une durée de vie de sept à dix ans, mais l’entreprise insiste sur le fait que sa solution permet aux familles de faire des économies significatives en bois et en frais de santé. Pour accroître son impact, Solvatten a par ailleurs lancé une fondation en 2013 pour récolter les dons du public, et noué des partenariats avec environ 45 entreprises partenaires qui, en sponsorisant la distribution de valisettes, prolongent leurs actions de responsabilité sociale et environnementale.

 



BIPIZ.sans baselineDécouvrez la Bonne pratique complète sur Bipiz.org

Solvatten (soleil et eau) : l'énergie solaire pour l'accès à l'eau potable 

 


Rencontrez sa fondatrice Petra Wadström au 11e World Forum for a Responsible Economy 


Pour aller plus loin : plus de 100 experts du monde entier interviendront du 17 au 19 octobre pour discuter des bouleversements technologiques, sociétaux et économiques de notre époque et présenter leurs réflexions et bonnes pratiques. 

Soyez au rendez-vous, du 17 au 19 octobre 2017 à Lille !