« Le World Forum est le forum des idées et enjeux de demain »

En 2019, Colin participe à l’édition du World Forum for a Responsible Economy en tant que responsable bénévole de la logistique des déjeuners et assiste, en parallèle, à plusieurs ateliers. Une expérience riche qu’il nous partage aujourd’hui.

Chaque année, plusieurs dizaines de bénévoles participent activement au bon déroulement du World Forum for a Responsible Economy. Ce fut le cas de Colin qui, en 2019, a pris en charge la responsabilité logistique des déjeuners : « Il y avait beaucoup d’intervenants, je m’assurais que tout le monde ait bien son repas. En parallèle, j’ai pu assister à plusieurs ateliers et rédiger les synthèses de ces échanges, en précisant les participants, les aspects traités, les points positifs et ce qui en ressortait. Ces ateliers étaient très prisés, il y avait des dirigeants, des directeurs : c’était très riche ». Cette participation lui fait prendre conscience du dynamisme du territoire : « Quand je vois des projets comme rev3, un sujet majeur pour les Hauts-de-France, je me dis que nous avons l’opportunité d’anticiper les changements de demain et de faire bouger les choses sur notre territoire. C’est cette dimension que le World Forum m’a apportée. J’ai pris conscience que, à notre échelle et dans notre région, on pouvait s’impliquer dans les démarches RSE, que l’on travaille dans un grand groupe ou dans une PME, à travers des pratiques simples. C’est vraiment cela qui m’a marqué ».

Une expérience humaine

Aujourd’hui, Colin travaille dans le contrôle de gestion dans une société belge spécialisée dans la logistique et intègre ces pratiques dans ses missions : « Je parle toujours de social retour sur investissement et non de retour d’investissement. J’essaye systématiquement d’intégrer des indicateurs verts. J’échange également beaucoup avec mes collègues qui ont fait des études dans la RSE, sur l’amélioration des processus, le traitement des déchets, etc. ». Car si l’évènement n’a pas été le déclencheur de son projet professionnel, il a pu lui apporter des « notions » mais également « une vraie prise de conscience ». Ce fut également un beau moment d’échanges et de rencontres au niveau international. « J’étais en contact avec des bénévoles de l’université de Lille, en parcours Erasmus. Nous avons pu échanger autour des mêmes valeurs et en anglais. Il y avait une vraie cohésion, c’était une très belle expérience humaine ». Et s’il devait donner un conseil pour y participer, le jeune homme n’hésiterait pas longtemps : « C’est le forum de demain, avec les idées et les enjeux de demain ».

Le collectif au cœur de la démarche RSE de Keolis Lille Métropole

Lors d’un atelier organisé au World Forum for a Responsible Economy, Keolis Lille Métropole a pris le parti de présenter, pour la première fois en externe, sa charte RSE. Des échanges riches, qui ont challengé l’entreprise. Rencontre avec Thierry Duc et Laureline Burggraeve.

Construite en mode collaboratif, la charte RSE de Keolis Lille Métropole a été élaborée par une vingtaine de salariés moteurs et volontaires « Nous avons mis en place plusieurs réunions sur le sujet. L’équipe a listé tout ce que nous faisions en matière de RSE, réalisé un benchmark, et recensé les convictions que nous avions en matière de RSE pour l’entreprise. Le groupe a ensuite pitché devant le comité de direction qui a approuvé l’ensemble, sur le fond et la forme. À la suite de ce travail, nous sommes venus présenter cette charte et la genèse de cette démarche lors du World Forum, en 2018 » explique Thierry Duc, directeur projet d’entreprise. Lors d’un atelier dédié, une quinzaine de personnes découvre la charte de Keolis Lille Métropole, présentée en externe pour la première fois. « On recherchait un feedback. Ce qui en est ressorti, c’est que la charte était assez complète et qu’elle était un bel outil en interne et externe. La manière dont elle était rédigée permettait d’imaginer beaucoup d’initiatives. Les échanges ont été très riches ». Lors de sa présentation, Keolis est interrogé sur la façon dont la charte sera utilisée. « Cela nous a énormément challengés, car à ce moment-là, nous n’étions pas encore à cette étape. Ces remarques nous ont incités à réfléchir à la manière dont nous allions mobiliser nos salariés ».

Prouver par l’action

Depuis, Keolis Lille Métropole a lancé de nombreuses initiatives. En octobre, l’entreprise lancera un appel à volontaires en interne pour mobiliser ses collaborateurs. « Nous allons créer un réseau d’ambassadeurs : « les makers des ambitions responsables ». L’idée est de prouver, par l’action, que nous avons des ambitions qui sont portées de manière concrète. L’objectif est d’avoir deux makers par site » explique Laureline Burggraeve, Chef de projet RSE. Les makers auront pour rôle de présenter les ambitions responsables, traduction directe de la charte RSE, et de les expliquer. Ils mettront également en place des actions très concrètes, propres à chaque site. « Nous avons lancé une expérimentation cet été. Ce dispositif a été conçu avec un cadre d’autonomie, pour que les makers puissent avoir la latitude nécessaire pour mener à bien leurs missions. Chaque mois, ils organiseront sur leur site un évènement : projection d’un documentaire, organisation d’un jeu, récolte de la ruche pour les sites qui en ont. Nous délocalisons la force de frappe et nous nous appuyons pour cela sur des personnes volontaires pour faire des actions concrètes ». Ce dispositif s’inscrit dans la dynamique de la charte : « il est beaucoup plus simple de mobiliser des collaborateurs en se basant sur une charte. Celle-ci a été rédigée par des salariés, qui se sont appuyés non pas sur des ODD ou des piliers de l’ISO 26 000 mais bien sur leur quotidien, ce qui facilite son appropriation. Nous y parlons d’éducation, d’innovation sociale et de consommation responsable » ajoute Thierry Duc. Sur le volet externe, l’entreprise vient tout juste de publier son rapport RSE, un rapport dont l’idée a émergé lors du World Forum : « présenter, échanger et avoir des retours, c’est très important et c’est le principe même des manifestions comme le World Forum, notamment sur la partie atelier, où vous êtes en petit comité et où les gens s’expriment facilement. Cela nous a poussés à travailler sur l’externe. Nous avons lancé des campagnes de communication et nous aurons le rapport RSE que nous avons structuré autour de nos ambitions. Et ce n’est pas fini, l’année prochaine, les choses évolueront encore ! ».

 

Découvrez le rapport RSE de Keolis Lille Métropole