22C - N'ayons plus peur des robots !

Il y a 10 ans l'idée de se faire remplacer par des robots semblait plus appartenir à la fiction qu'à la réalité. Une idée qui nous a rattrapé bien plus vite que prévu. Oublions les mauvaises langues et tous nos clichés sur les robots. Ceux-ci ne prendront pas notre place pour le moment, ils vont au contraire transformer la nature du travail.
Krista Jones, Vijaykant Nadadur et Michael Priddis nous dressent un portrait optimiste du grand bouleversement technologique en cours et de son impact sur le monde du travail.
« Les robots à notre service »
Oublions l’image classique des robots de Star wars ou de Terminator. « Les robots qui nous remplacent déjà dans certains domaines sont des ordinateurs remplis d’algorithmes », comme l’explique Vijaykant Nadadur, cofondeur et directeur général de STRIDE. Notre conception des robots reste très vague. Nadadur demande à son auditoire : « Qui a déjà trouvé excitant de lire des documents et de les analyser ? » Personne ne répond. Alors, Nadadur brise le silence : « Personne ! ». Son projet développé en Inde a justement pour but de remplacer les tâches lourdes, ennuyeuses et répétitives par l’intelligence artificielle. Prenons l’exemple d’une banque qui veut accorder un crédit à une entreprise. Elle a besoin de vérifier les comptes de cette entreprise. Auparavant cela lui prenait 5 heures manuellement, avec un taux de réussite de 80%. Avec l’intelligence artificielle, cela ne lui prend plus que 15 minutes avec un taux d’échec de 5%. On a donc un gain de temps énorme. Nadadur se répète pour nous rassurer: « l’intelligence artificielle ne fait qu’imiter l’intelligence humaine» parce que l’humain a toujours besoin de programmer et guider la machine. L’entreprise de Namadur n’est pas la seule à faire cela dans le monde, d’autres entreprises suivent déjà ce modèle. « Je suis optimiste dans l’avenir, d’autres suivront » conclut-il.
« Intégrer les nouvelles technologies au sein de l’entreprise »
Krista Jones directrice générale de MaRS Dicovery District présente fièrement le Hub dans lequel elle travaille. Dans cet espace de plus d’un million de m2, des centaines d’entreprises et de laboratoires de recherches collaborent. Ce sont 6000 personnes qui travaillent ensemble. Kristina explique son rôle : diriger les idées des entreprises, les rassurer et les accompagner sur les enjeux tel que l’intelligence artificielle. Il s’agit aussi de créer des liens avec de nouvelles multinationales. En bref, Krista « supporte les innovateurs qui vont changer le monde ». Elle ajoute que oui, les robots arrivent, cependant tout ne va pas devenir automatique. On assiste plutôt à une métamorphose. Par exemple, les boulots ennuyeux que personne ne veut seront automatisés, et d’autres métiers apparaîtront. L’intelligence artificielle va nous permettre des progrès extraordinaires, ne serait-ce que dans le domaine de la Santé. Avec l’intelligence artificielle, on réduit l’erreur humaine et c’est par exemple 96% de chance détecter à temps un cancer. Nous avons réussi à nous adapter à un certain niveau, en utilisant nos smartphones, google… Pourquoi ne pas inclure davantage les technologies dans le monde du travail ? … Il faut encourager davantage l’innovation. Krista termine en concluant : « C’est un challenge mais avec un bon usage des technologies nous y arriverons !»
« La nature même du travail est en train de changer »
Notre monde est en proie à de nombreuses spéculations. Chacun se demande où va le monde. Michael Priddis est PDG de Faethm, une plateforme d’analyse. Ce chef d’entreprise a été témoin des nombreux bouleversements technologiques. Selon lui, « Les médias ont toujours donné une image négative des nouvelles technologies ». Il faut donc arriver à absorber au mieux l’impact des technologies et être plus ouvert sur le futur. Il faut aussi essayer de répondre aux spéculations, car ce changement est en train de se produire là, sous nos yeux. C’est dans le secteur du transport que les avancées sont les plus fulgurantes : Michael Priddis nous cite l’exemple du camion autonome développé aux Etats-Unis ou encore des drones taxis fendant l’air de Dubaï. « Le futur se passe maintenant » martèle-t-il. L’automatisation va aussi nous permettre d’énormes opportunités : « On estime que 40% des jobs en France seront automatisés dans le futur ». Cela aura un impact important sur le secteur des services et de la santé. Mais il faut mettre de côté les mauvaises langues, car cet impact sera en majeur partie positif. Par exemple, les centres d’appels seront automatisés : aujourd’hui il existe déjà une employée digitale surnommée Amelia. Les nouvelles technologies vont remplacer et donc détruire certains métiers, mais elles vont aussi en engendrer de nouveaux.
« Nous aurons toujours besoin de métiers qui nécessitent des qualités humaines : créativité, compassion… », autrement dit de nouveaux métiers vont apparaître et se développer dans ce secteur-ci. L’Homme ne peut se passer de ses émotions.
Mathieu Carpentier