8B - Le Crowdfunding : un souffle révolutionnaire dans la sphère du financement.

Le World Forum 2014 de Lille réunit des entrepreneurs charismatiques et dynamiques, véritables modèles qui font bouger les lignes de l'entreprenariat, citons Meloto, Yunus, Vlerick, Duforest... Mais le principal obstacle à la réalisation de social business semblables aux leurs reste le financement...
C’est pour mieux faire face à cette problématique élémentaire qu’Ombline Le Lasseur, Vincent Ricordeau et Adrien Aumont ont fondé KissKissBankBank, forum virtuel reposant sur la technique du « crowdfunding ». Cette méthode dite de financement participatif, correspond à une plateforme regroupant les projets d’individus que d’autres individus vont pouvoir financer, sans aucune intermédiation bancaire, institutionnelle ou étatique : Le « Peer-to-Peer ».

Cette vision révolutionnaire s’appuie sur un idéal séduisant que décrit habilement Vincent Ricordeau : Faire de nous tous des « micro-mécènes »

Le processus est simple : Après être passé devant une équipe de modération, chargée de jauger si le projet est correctement structuré, l’entrepreneur, néophyte ou non, voit son idée publiée sur une plateforme qui se substitue à la grille de notation classique d’une banque. Dés lors, ce sera à chacun d’évaluer le potentiel succès du projet, et de donner ou d’investir la somme qu’il fixe.

Aujourd’hui, la moyenne des dons sur KissKissBankBank est de 50 euros par personne, celle des investissements est de l’ordre de 400 euros.

L’entreprise est un organisme de financement « désintermédié », contrairement aux banques. C’est peut être grâce à cette image novatrice qu’elle s’est vite imposée comme le leader européen du financement participatif.

Bien qu’il s’agisse de microcrédits, l’immense succès de la plateforme a rapidement entraîné des flux de capitaux colossaux.

Il y a à peine cinq ans, KissKissBankBank essuyait des critiques acerbes et sceptiques du monde de la finance. En 2014, l’entreprise financera au total plus de deux millions de projets. Le très influent magazine Forbes, que l’on ne présente plus, évalue le poids de ce marché en plein boom à près de mille milliards de dollars à l’horizon 2020, et cela donne le vertige !

En quelques années, ces entrepreneurs en phase avec leur temps sont passés du statut d’utopistes à celui de visionnaires. Un exemple qui laisse rêveur à l’aube de la Troisième révolution industrielle…



Jules Bismuth Bonnaud – ESPOL



8B - Défi financement de l’économie responsable