6B - Conduite du changement, la politique du “step by step”.

Comment changer ? Comment s'engager dans le développement durable ? C'est ce que nous ont expliqué au World Forum Lille Marcelo Miranda, PDG de Precon entreprise de BTP au Brésil face à Jacques Kheliff, directeur du développement durable dans le groupe chimique international Solvay.

Le défi de Marcelo Miranda : faire évoluer une entreprise leader depuis quinze ans. La première question qui s'est imposée : par où commencer ?

 We decided to start by people.  (Nous avons décidé de commencer par les hommes) Pour le PDG, il était nécessaire de rassembler tous les niveaux de l'entreprise vers le même but.

La première étape fut donc la communication, pendant six mois il a rencontré un par un tous les employés et leur a expliqué la raison de ce changement. Puis, s'est enclenché le  Step by step process  (Etape par étape). Enfin, il y a ce qu'il appelle la  fail fast strategy  (la stratégie "se tromper rapidement"), il faut foncer, plus vite on fait une erreur, plus vite elle est corrigé, c'est ce qui permet d'avancer.

Le développement durable de cette entreprise se divise en trois axes :

– le social à travers l'embauche de femmes dans le secteur du BTP,

– l'accès à des infrastructures sûres et saines pour les populations défavorisées,

– et 80 % de déchets en moins par rapport au BTP traditionnel.

A noter qu'au Brésil, le secteur du BTP représente à lui seul 10 % du PIB. Il génère également 30 % des déchets du pays, d'où l'appel de Precon pour faire changer les mentalités.

 

Pour Jacques Kheliff, un des précurseurs du développement durable, le rôle de leader est essentiel dans cette démarche :  C'est une tension permanente entre les logiques environnementales, économiques et sociales. Il est nécessaire de faire des compromis, et seul le PDG peut faire l'arbitre dans un groupe.   

Il faut inventer, débattre et enfin mettre en pratique. Jacques Kheliff parle d'une  démarche de type essai-erreur , le changement est un processus de tâtonnement, surtout pour un groupe international comme Solvay qui veut impliquer les mêmes standards dans chacun de ses sites.

L'information des employés est essentielle, dans ce groupe, les bonus des managers sont attribués seulement si les objectifs de développement durable fixés ont été atteints et les ouvriers sont informés par leur hiérarchie de proximité.

Jacques Kheliff nous incite à nous poser cette question :  Pour créer un euro de valeur, combien ai-je détruit à côté ? 

  

Tous deux s'accordent sur les mêmes leviers : il faut que le développement durable gagne sa légitimité dans le business, par rapport aux domaines financiers, et aux ressources humaines.

L'information à tout niveau est capitale, c'est l'entreprise dans son ensemble qui doit avoir un unique but et la politique de la preuve est souvent très bien accueillie.

 

Enfin, dernier conseil de Marcelo Miranda qui parle à tout le monde  Just do it by heart !  (Agissez simplement avec le coeur!)



Camille Bidault

D'après le CSR Lab 6B - RSE et conduite du changement : comment accompagner les salariés ? au World Forum Lille le 24 oct. 2013