10A - Les entreprises se mettent au vert (écologie industrielle)

Concept né au début des années 80 aux Etats – Unis, deux chercheurs ont mis en avant que l'écosystème naturel est admirable par son équilibre, en termes de consommation d'eau, de matières premières et d'énergie. Ils s'inspirèrent de la nature pour reconstruire le système industriel.

L'écologie industrielle se veut être une stratégie opérationnelle qui débouche sur des résultats concrets déclare Dominique Bernard (SOFIES). L'écologie industrielle désigne des organisations sous forme de plateformes, basées sur des zones régionales, qui relient les entreprises appartenant à cette zone. L'objectif de ces plateformes est de rendre ces entreprises plus vertes, et de leur faire comprendre leur impact sur l'environnement. Leur stratégie : établir des flux entre les différentes entreprises, pour qu'elles partagent leurs énergies, eaux et déchets. Ces plateformes font gagner ainsi du temps et de l'argent.

                Le gouvernement chinois, face à une forte croissance économique, comprit que pour la rendre durable il fallait privilégier une économie circulaire et la gestion des ressources. Wang Rong nous présente sa plateforme TEDA, deuxième plus grande zone industrielle du pays à proximité de Pékin. Cette région, ouverte en 1984, comporte désormais 15 000 entreprises, 75 investisseurs, 400 projets et a un chiffre d'affaire annuel moyen de 220 milliards de yuan. TEDA allie une croissance économique rapide avec une stratégie écologique. Leur mission : mettre sur pieds des relations entre les entreprises de cette zone, en termes de réduction de leur consommation d'énergie et d'eau, avec un renforcement éolien et solaire et un traitement autonome des eaux usées. Ils bénéficient d'un appui politique du gouvernement chinois, ainsi qu'un financement de la part du projet Switch Asia de l'Union Européenne.

                L'écologie industrielle se développe aussi dans la région de Kalundborg au Danemark. Au début des années 60 la municipalité de cette petite ville (50 000 habitants) mit l'accent sur l'eau, ressource rare et précieuse, ainsi que sur la gestion des déchets qui est très coûteuse au Danemark. Mette Skovbjerg présente Symbiosis Centre, une plateforme qui a permis d'économiser  275 000 tonnes d'émission carbone par an, pour l'ensemble des entreprises rassemblées dans cette zone industrielle danoise.

                ECOPAL est un autre exemple concret de la mise en application de l'écologie industrielle dans le  Nord – Pas – de – Calais. Présentée par Peggy Ricart, cette plateforme fut créée en 2001 comme une symbiose entre économie et écologie, rassemblant 30 zones d'activités et 5 000 entreprises. 500 adhérents sont mobilisés, ce qui correspond à 7% des industriels locaux, des personnes civiles et des institutions. Le Nord est le pionnier français dans le domaine de l'écologie industrielle. Deux entrepreneurs, Didier Rommel directeur d'ADS et Jean – François Franco de Ball Packaging Europe, sont venus montrer l'ensemble des avantages qu'ils ont obtenus en rejoignant la plateforme ECOPAL.  Nous avons connu en vingt ans une réduction de 40% de notre consommation d'eau, 20% de notre consommation d'énergie, et 37% de nos déchets  affirme Jean – François Franco.

                Grâce aux nouvelles technologies les informations réunies via ces plateformes permettent aux industries de mutualiser leurs impacts sur l'environnement et d'y répondre collectivement.  Demain l'ensemble du globe pourra utiliser ces flux et faire rimer industrie et écologie !


Clélia Meunier.

 

D'après le CSR Lab 10A - Ecologie Industrielle - World Forum Lille - le 25 octobre 2013